Suddenly the Shadow Fell

All 17-year-old Leslie Meisels knows in June 1944 is that he must get his family out of the terrible conditions in the ghetto in Debrecen, Hungary. Over his mother’s objections, his decision to push their way on to a transport could have sent them all to a death camp. Instead, they join the roughly 20,000 “Jews on ice” whose lives are saved — temporarily — in Austria. After the war, when Leslie is finally starting a new life in freedom in North America, he meets Eva, who is also a Holocaust survivor from Hungary, and together they face their pasts and look forward to the future.

Introduction by Anna Porter

En bref
Leslie Meisels:
Hongrie; Autriche
Ghetto de Debrecen
Travaux forcés
Train de Kasztner
Camp de concentration de Bergen-Belsen
Immigration aux États-Unis en 1958, puis au Canada en 1967
Eva Meisels:
Hongrie
Ghetto de Budapest
Raoul Wallenberg
Immigration au Canada en 1957

176 pages

Tranche d'âge recommandée
14+
Langue
Anglais

*Si vous êtes enseignant, vous pouvez commander gratuitement les ressources ici.

Photo of Leslie Meisels

À propos de l'auteur

Leslie Meisels est né le 20 février 1927 à Nádudvar (Hongrie). Tous les membres de sa famille proche ont survécu à l’Holocauste. Leslie a émigré aux États-Unis en 1958, suite à la révolution hongroise, puis au Canada en 1967. Il a épousé Eva Silber en 1961, avec qui il a vécu à Toronto. Leslie Meisels est décédé en 2018.

Consulter sur Re:Collection

Photo of Eva Meisels

À propos de l'auteure

Eva Meisels est née le 3 juillet 1939 à Budapest (Hongrie). En novembre 1944, elle et sa mère se sont retrouvées dans le ghetto de Budapest. Elles ont obtenu de faux papiers de Raoul Wallenberg. En janvier 1945, elles ont été libérées par l’armée soviétique. Suite à la révolution hongroise, la famille a immigré au Canada.

Consulter sur Re:Collection

That night, a fierce air battle developed around and above our train. Guns were blazing, bombs were falling…. In the morning, instead of the enemy, US soldiers found us and heard our cries: “Oh God, we are free!”