Silent Refuge (Traduction française à venir)

En 1940, installés dans le village isolé de Rogne, en Norvège, Margrit Rosenberg, onze ans, et ses parents pensent avoir enfin trouvé la sécurité qu’ils recherchaient depuis leur fuite d’Allemagne deux ans plus tôt. Que pouvait-il leur arriver dans un minuscule village ? Mais quand la guerre éclate en Norvège et que la persécution des Juifs se fait de plus en plus grande, les Rosenberg sont forcés de passer leurs hivers dans un refuge encore plus reculé – une petite cabane de montagne des plus rudimentaires, accessible uniquement en ski. Au début, l’isolement leur permet de se sentir en relative sécurité et de trouver une certaine tranquillité, dans un coin figé dans le temps. Mais deux ans plus tard, alors que les nazis commencent à arrêter et déporter les Juifs d’Oslo, les Rosenberg se retrouvent forcés de prendre la décision fatidique de faire confiance à la Résistance et d’affronter le danger en organisant leur fuite de la Norvège occupée par les nazis vers la Suède, pays neutre.

Préface de Robert Ericksen

En bref
Allemagne; Norvège; Suède
Fuite
Clandestinité
Norvège d’après-guerre
Immigration au Canada en 1951
Matériel pédagogique disponible: Activité Margrit Rosenberg Stenge

272 pages

Tranche d'âge recommandée
12+
Langue
Anglais

*Si vous êtes enseignant, vous pouvez commander gratuitement les ressources ici.

Photo of Margrit Rosenberg Stenge

À propos de l'auteure

Margrit Rosenberg Stenge est née à Cologne (Allemagne) le 27 décembre 1928. À la fin de la guerre, elle retourne vivre à Oslo avec sa famille et se marie, avant d’immigrer au Canada et de s’installer à Montréal en 1951 avec son mari Stefan. Margrit a travaillé durant quarante ans dans diverses administrations, après quoi elle a traduit six livres du norvégien à l’anglais, dont Counterfeiter: How a Norwegian Jew Survived the Holocaust de Moritz Nachtstern (2008). Margrit Rosenberg Stenge est décédée en 2021.

Consulter sur Re:Collection

News travels fast in the countryside, and when I started school many of the villagers knew that we were Jewish, although they really did not know what that meant.