Memories in Focus (Traduction française à venir)

Pinchas, 10 ans, est séparé de ses parents et de sa sœur jumelle durant leur déportation depuis le ghetto de Varsovie jusqu’au centre de mise à mort de Majdanek. Pinchas passe ensuite par une série de camps de concentration auxquels il survit grâce à sa faculté de se couper de la terreur environnante et de passer inaperçu, devenant pratiquement invisible. Mais après la Libération, sa mémoire photographique ne lui laisse aucun répit et Pinchas souffre de cauchemars et de flashbacks tandis qu’il se consacre à sa famille et tente de se libérer des séquelles de son passé. Au cours de ses séjours en Angleterre, en France, en Israël, au Brésil et en Afrique du Sud, Pinchas cherche à trouver sa place et choisira de faire du Canada son pays d’adoption. Récit poignant qui traite de la souffrance, de l’injustice et du traumatisme, Memories in Focus suscite également de l’espoir et de la confiance en l’avenir.

Préface de Stephen Smith

En bref
Pologne
Soulèvement du ghetto de Varsovie
Complexe concentrationnaire de Majdanek
Camp de concentration et de travaux forcés
Marche de la mort
Angleterre d’après-guerre; France; Israël; Brésil; Afrique du Sud
Problèmes de santé mentale
Immigration au Canada en 1985
Matériel pédagogique disponible: Activité Pinchas Gutter

192 pages

Tranche d'âge recommandée
14+
Langue
Anglais

*Si vous êtes enseignant, vous pouvez commander gratuitement les ressources ici.

Photo of Pinchas Gutter

À propos de l'auteur

Né le 21 juillet 1932 à Lodz (Pologne), Pinchas Gutter est le seul survivant de sa famille proche. Suite à sa libération en 1945, il a vécu en Grande-Bretagne puis en France, en Israël, au Brésil et en Afrique du Sud avant d’immigrer au Canada en 1985. Il est le premier survivant de l’Holocauste dont le témoignage a été immortalisé de manière interactive, en trois dimensions, dans le cadre du projet Dimensions in Testimony de la Shoah Foundation à USC (Université de Californie du Sud). Pinchas vit aujourd’hui à Toronto.

Consulter sur Re:Collection

I don’t know why I wasn’t afraid. I think my mind just went blank. I had no feelings at all. I had disengaged myself from what was happening around me. It was as if my eyes were cameras and my brain was the screen. I just recorded everything, without emotion or participation.